Petite question du jour :

Un employeur apprend, par l’intermédiaire d’un collaborateur, qu’un autre salarié vient de divulguer sur son compte Facebook personnel les produits développés par l’entreprise et destinés à une prochaine commercialisation.

Un manquement à son obligation de confidentialité qui doit être sanctionné, selon l’employeur. Mais pas selon le salarié qui considère que cette publication, à laquelle l’employeur n’avait pas accès directement, relève de sa vie privée.

Qui a raison ?

La réponse n’est pas toujours celle que l’on croit…
La bonne réponse est…
L’employeur
L’employeur peut, effectivement, sanctionner le comportement fautif du salarié dès lors qu’il n’a pas obtenu la preuve de sa faute de manière déloyale.

L’information spontanée du collaborateur ayant accès au compte Facebook du salarié fautif fournit à l’employeur une preuve “loyale” de la faute du salarié.

L’employeur peut donc utiliser les éléments extraits du compte privé Facebook, loyalement obtenus, dès lors qu’ils sont indispensables à l’exercice de son droit à la preuve et que l’atteinte à la vie privée du salarié est proportionnée au but poursuivi, ici la défense de son intérêt légitime à la confidentialité de ses affaires.